Les meilleurs produits & conseils dans chaque univers !

⭐ Est-ce que les bébés font des cauchemars ?

Agitation, cris soudains, réveils nocturnes… Les parents s’inquiètent souvent des troubles qu’ils constatent dans le sommeil de leurs enfants. Est-ce qu’ils font des cauchemars ? Et quelles conséquences sur leur santé ?

Selon les scientifiques, les nouveau-nés ou nourrissons présentent une activité cérébrale intense pendant une grande partie de leur temps de sommeil.

On peut donc dire qu’ils rêvent.

Cependant, ce n’est qu’à partir de l’âge de 12 mois que les bébés commencent à faire des cauchemars.

Ces derniers sont à différencier des terreurs nocturnes.

📙 Comment savoir si c’est un cauchemar ou une terreur nocturne ?

Terreurs nocturnes et cauchemars apparaissent à des phases de sommeil différentes.

Ils font partie du développement psychoaffectif de l’enfant.

Ce sont des événements qui traduisent ses peurs et ses émotions et sont donc normaux.

Cauchemars bébé

La terreur nocturne

Les parents confondent souvent terreurs nocturnes et cauchemars, car elles sont aussi impressionnantes. Les terreurs nocturnes apparaissent autour de 18 mois et jusqu’à 4 ans environ.

Après cet âge-là, elles se font plutôt rares.

Elles surgissent, en général, au début de nuit, au commencement du cycle de sommeil de bébé. Pendant la nuit, votre petit chou classe les évènements de la journée dans son cerveau, ce qui cause des agitations dans son sommeil.

En effet, dans cette phase, il a un sommeil agité, mais reste endormi.

Apparenté au somnambulisme, cet état est sans risque pour le bébé.

Ainsi, il peut parler, pleurer, hurler, bouger, ou faire des mouvements oculaires, mais il n’en gardera aucun souvenir.

Les nourrissons ont également le sommeil agité pendant les premières semaines qui suivent leur naissance. Cet état se traduit aussi par des mouvements des yeux et des doigts, mais il ne s’agit ni de terreur ni de cauchemar : ceci est inhérent au rythme de sommeil du très jeune enfant.

Cela peut arriver durant la sieste en journée aussi bien que la nuit. De plus, il ne distingue pas encore le jour et la nuit, n’a pas peur du noir et ne ressent pas de terreur nocturne.

Et malgré une activité cérébrale intense, il ne fait pas encore de cauchemar.

Le cauchemar

Contrairement à une terreur nocturne, un cauchemar peut réveiller l’enfant brusquement avec un sentiment de panique ou une sensation d’angoisse.

Il se souvient précisément de ce qu’il a pu voir dans son rêve. Dans ce cas, vous devrez l’apaiser et le rassurer par votre présence.

Les tout-petits peuvent faire des cauchemars vers l’âge de 2 à 3 ans. Les cauchemars deviennent plus fréquents entre l’âge de 3 et 10 ans.

Ils surviennent, souvent, en fin de nuit, après 3 heures du matin, c’est-à-dire pendant la phase de sommeil paradoxal.

Le cauchemar peut contenir des bruits intérieurs, l’enfant « entend » par exemple le claquement d’une porte. Parfois, des éléments extérieurs s’intègrent au cauchemar, comme les bruits environnants durant le sommeil.

Enfin, l’enfant peut avoir des peurs imaginaires avec la crainte des croquemitaines et autres méchants loups.

Les causes de cauchemars bébé

Nombreuses peuvent être les causes des cauchemars bébé :

• peurs, préoccupations, et insécurités ;
• difficulté d’apprentissage à l’école ;
• incapacité à comprendre une information ;
• etc.

L’enfant peut faire face à des conflits intérieurs. Il peut aussi subir un stress à cause d’un changement soudain comme une séparation, un déménagement, l’arrivée d’un petit frère, d’une petite sœur, etc.

Outre un événement marquant, les images vues à la télé ou même dans un livre peuvent également perturber le sommeil de votre enfant.

Un cauchemar aide bébé à faire le tri dans toutes les informations reçues tout au long de la journée. Cela lui permet d’assimiler un apprentissage et surtout d’exprimer ses angoisses et ses peurs.

On peut aussi dire que c’est sa manière de gérer ses conflits intérieurs.

Dans le cas où les cauchemars provoquent des troubles du sommeil (insomnie, somnolence diurne, difficultés d’endormissement) et altèrent la qualité du sommeil ou s’ils persistent presque toutes les nuits, il est alors utile de prendre rendez-vous chez le pédiatre. En effet, ce genre de situation risque d’affecter la santé de votre enfant dans la durée.

📙 Comment rassurer votre enfant ?

Après un cauchemar, votre bébé a besoin de vous pour l’aider à calmer ses angoisses. Très inquiété, il a peur de se rendormir.

En l’apaisant et en restant près de lui, vous lui permettez de surmonter ses peurs et l’encouragez à avoir un sommeil plus paisible.

Instaurez une routine d’endormissement, chantez-lui une berceuse ou utilisez des boites à musiques en bois pour le calmer avant le dodo. Laissez votre enfant dormir avec son doudou préféré et avec sa veilleuse.

Créez un environnement agréable pour qu’il puisse bien dormir.

Par exemple, pour les nourrissons les veilleuses bébé, les gigoteuses bébé et les coussins anti tête plate peuvent apporter beaucoup de confort.

Mis à part les petits rituels, assurez-vous également qu’il dorme à des heures régulières et suffisamment (10 à 13 heures par jour, selon l’âge).

Et avant de se coucher, évitez les histoires de monstres qui risquent de le perturber et causer des angoisses nocturnes.

Vous verrez que ces habitudes de sommeil contribueront à éloigner mauvais rêves et réveils nocturnes.

Votre bébé tombera vite dans les bras de Morphée, et par la même occasion aura un sommeil de qualité.

Si votre enfant est plus âgé et souffre de cauchemars, rassurez-le et prenez le temps de lui parler. C’est un moment pour l’encourager à se confier, sachant que le cauchemar peut avoir diverses causes plus ou moins sérieuses.

C’est en agissant en amont que les parents peuvent l’aider à se débarrasser de ses mauvais rêves.

Vous recherchez les meilleurs équipements pour accompagner les nuits de votre bébé ?

C'est le moment de lui choisir le meilleur produit !